Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Graphies connues

Launau (XVIIe s.)

Launeau (1786) source : ADV, J 141[1] et carte de Cassini (fin XVIIIe s., début XIXe s.)

l'Aulneau (XIXe s.)

l'Auneau (XXe s.) source : Carte IGN (1975)

Lanneau (vers 1850) source : Carte d'état-major


Nature(s) du lieu

Catégorie : Château, logis, motte féodale Masquer
Titre Image
  • Nature : Château, logis, motte féodale
Catégorie : Siège d'exploitation agricole Masquer
  • Nature : Siège d'exploitation agricole
    Précision sur la nature du lieu : ferme selon E. Bocquier

Etymologie

Peut s'expliquer par la présence d'aulnes[1].

Données historiques

Histoire et archéologie

Sous l'Ancien Régime, la maison noble de l'Aulneau dépendait de la seigneurie des Villattes, dont le seigneur avait droit de haute justice[2].

Peu avant la Révolution, le domaine est acquis par Paul-René Bouquet, sieur de la Chadelière, écuyer, garde de la Porte de Monsieur, et son parent Louis Coursin, sieur de la Davière, fermier général du château des Villattes[3].

Entre 1892 et 1899, le chimiste Edouard Grimaux, membre de l'Académie des sciences, ami de Clemenceau, fait construire le château de l'Aulneau sur les terres du domaine qui appartenait à sa femme, Christine Boutet, descendante des Bouquet. La réalisation est confiée à l’architecte Joseph Libaudière.

En 2011, le parc de l'Auneau a été classé "Jardin remarquable" (label décerné par le Ministère de la Culture et de la Communication).

[1]

Dominique Avril : Étude toponymique de la commune de Chantonnay (Vendée), mémoire de Maîtrise, 1978, p.41-42.

 
[2]

Philippe Praud : Le Chapitre cathédral de Luçon au XVIIIe siècle : son organisation économique, Patrimoine Éd.,1998, p.65 : "Les métairies et maisons nobles de L'Aulneau et la Corsserie [l'Écorserie] dépendent de la seigneurie des Villates et du seigneur de Pouzauges, à qui le chapitre rend déclaration d'aveu et d'hommage".

 
[3]

Archives familliales de M. Hubert David

 

Nous écrire