Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Graphies connues

Beaulieu (< 1600) source : D'après les manuscrits Gourraud cités par Amblard de Guerry


Nature(s) du lieu

Catégorie : Siège d'exploitation agricole Masquer
Titre Image
  • Nature : Siège d'exploitation agricole
  • Localisation : à 3,0 Km du centre bourg
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section C4, polygone 13
    • Coordonnées cadastrales moderne : feuille 000 ZI 01

Etymologie

Précisions étymologiques générales
Beaulieu : Le terme est la traduction littérale de bellus locus, lieu beau, i.e. agréable à habiter.

Le terme est la traduction littérale de bellus locus, lieu beau, agréable à habiter.

 

Comme Bel-Air, Beauregard ou Maison Neuve, ce nom remonterait au  XVIe siècle (voir clause de défrichement : bail de la Martelière [1].

Données historiques

Histoire et archéologie

D'après un projet d'aveu de Jacques Méance, seigneur de la Chardière, fait à Dame Renée Méance, dame de la Martellière, la métairie de Beaulieu existait déjà en 1600 [2].

 

La métairie de Beaulieu a été construite probablement au XVIe siècle sur les terres de la Battay, pour former une métairie avec des terres prises au tènement de la Tavernerie, peut-être à la Martellière, et peut-être des landes défrichées [1].

 

Au partage Suzanet de 1674, la métairie de Beaulieu fut attribuée à l'ainé Gabriel Suzanet. Toujours restée dans la descendance directe des seigneurs de la Chardière, elle appartient en 2012 à la famille de Suzanet [1].

 

L'aveu de 1701 précise bien que l’hôtel et métairie de Beaulieu était autrefois situé dans le lieu de la Battay.

Beaulieu était tenu par Gabriel-Samuel Suzanet, écuyer, seigneur de la Chardière, sous l'hommage de la Battay à Montaigu, à foi et hommage plein et à droit de rachat par mutation d'homme, à 7 sols de devoir et service annuel  rendable en l'hôtel de la Battay, à Noël [3].

 

Une rente de 48 boisseaux seigle sur la métairie de Beaulieu était levée par le chapitre de Saint-Maurice de Montaigu, qui la tenait de la Battay sous l'hommage de ce lieu à Montaigu, par foi et hommage plein et rachat [3] et [4].

[1]

Notes d’Amblard de Guerry, citant les manuscrits Gourraud, aujourd’hui disparus.

 
[2]

Archives Rabastellière, d'après les manuscrits Gourraud.

 
[3]

Aveu de la Grassière à Montaigu du 28/12/1701. Archives Rabastellière, d’après les manuscrits Gourraud.

 
[4]

Fief de la Grassière, Projet de Papier Censaire, Archives Rabastellière B G 6, d'après les manuscrits Gourraud, cités par Amblard de Guerry.

 

Nous écrire