Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Berthelière (la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

Bertelère (la)[1]

Berthelières (les) source : Le pluriel pour "la Berthelière" sous-entend "les fermes de la Berthelière".


Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : village
  • Localisation : "Les Berthelières" se situe à 2,5 km au sud-est du bourg du Poiré-sur-Vie.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section C, 2e feuille.
    • Coordonnées cadastrales modernes : Sections YN et YT.

Etymologie

Le type de toponyme, composé d'un patronyme - ici "Berthe" - et du suffixe "ière", omniprésent dans la région, y existe depuis l'époque féodale, ce qui est le cas de "la Berthelière". La construction de noms suivant ce schéma s'y est faite jusqu’au XXe siècle.

Données historiques

Histoire et archéologie

L'existence de "la Berthelière" est attestée déjà en 1260 dans les Hommages d'Alphonse, comte de Poitiers, frère de Saint-Louis : état du domaine royal en Poitou, qui fait l’inventaire des droits dus, entre autres, par "…de masura de la Bertelere, in parrochia de Pereyo"[1]

La Chronique paroissiale du Poiré-sur-Vie évoque "La Berthelière, maison noble, dont étaient seigneurs les Marin (les mêmes que nous trouvons à Melay, paroisse de la Guyonnière). [...] En 1750, le 4 septembre, d'après un aveu fait aux seigneurs susdits, maître Jean Gibotteau était fermier de la maison et seigneurie de la Berthelière"[2]. Matériellement, cela se traduisait par la présence à "la Berthelière" d’une maison importante pour l’époque, puisqu’elle était composée "de chambres basses et de chambres hautes", avec un toit à quatre pans et de grandes fenêtres donnant sur chacune de ses deux façades. Cette maison, à dater de la seconde moitié du XVIIIe siècle, existait encore en 2016.

[1]

Bardonnet (Auguste), Hommages d'Alphonse, comte de Poitiers, frère de Saint-Louis : état du domaine royal en Poitou (1260), 1872, p. 8, ainsi que p. 15, 16 et 17 (Arch. dép. de la Vendée : BIB 836). Cette publication est la transcription d'un manuscrit en latin (avec des passages en français) conservé aux registres du trésor des chartes (Archives nationales : JJ xi et JJ xxiv).

 
[2]

Boutin (Hippolyte), Chronique paroissiale du Poiré-sur-Vie, 1907, p.149 (Arch. dép. de la Vendée : BIB PB 82/6). Cette "chronique" fut publiée six ans après la mort de son auteur qui, originaire de la Bruffière, a vécu de 1851 à 1901. Le terme de "fermier" y est employé dans le sens de "régisseur".

 

Nous écrire