Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Bonnechose (rue Louis-Charles de)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : La "rue Louis-Charles de Bonnechose" est située à l'ouest de la voie ferrée, et à l'extrémité nord du "cours La Roche Saint-André".
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AB

Données historiques

Histoire et archéologie

Louis-Charles de Bonnechose (1811-1832) est mort à Montaigu, le 21 janvier 1832. Il est le héros malheureux d’événements dont le souvenir a été soigneusement effacé depuis.

Après le renversement de Charles X, en juillet 1830, les mouvements d’humeur furent nombreux dans la région et y furent durement réprimés. Les arrestations s’y multiplièrent pour des motifs que l’on considèrerait aujourd’hui comme futiles, tels de simples propos antigouvernementaux, et y furent suivies de lourdes condamnations à de la prison ferme.

Louis-Charles de Bonnechose fit partie de ceux qui restèrent résolument fidèles à la monarchie "légitime" déchue. S’appuyant sur les sympathies populaires locales, et avant même que la duchesse de Berry vînt y faire quelques mois plus tard une vaine tentative de soulèvement, il tenta de développer un mouvement en faveur de la cause du très jeune "Henri V" (1820-1883), futur comte de Chambord. Traqué par la police philippiste qui ratissait la région de long en large, il fut gravement blessé et arrêté à la Goyère de Saint-Georges-de-Montaigu, où il s’était réfugié. Transporté à Montaigu, il y mourut des suites de ses blessures et y fut enterré dans le "cimetière Saint-Jacques"[1].

Jusqu’en 1834, la "bande à Depienne" prolongea cette agitation politique, jouant les Robin des bois légitimistes dans les différentes communes voisines, bénéficiant de la complicité d’une partie de la population[2].

Illustrations

montaigu_bonnechose_louis_charles.jpg

montaigu_bonnechose_louis_charles.jpg


La Goyère de Saint-Georges-de-Montaigu,
où se termina la vie passionnée de Louis-Charles de Bonnechose.
Carte postale vers 1910, vue aérienne en 2009
et plan cadastral de 1818 (extrait de la section B3, environ 125 x 90 m) ;
et sa tombe au
"cimetière Saint-Jacques" en 2012.

[1]

Guérry de Beauregard (Tancrède), "Charles de Bonnechose", in Revue de Bretagne et de Vendée, t. 7, mars 1860, p. 245 à 250.

 
[2]

Herbauges (Jean), "la Bande à Depienne", in Revue du Bas-Poitou, 1945, p. 142 à 158.

 

Nous écrire