Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Bretonnière (ruisseau de la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Hydronymie continentale Masquer
Titre Image
  • Nature : Hydronymie continentale
    Précision sur la nature du lieu : ruisseau
  • Localisation : Le "ruisseau de la Bretonnière" se jette dans la Maine sur sa rive gauche en aval de Montaigu.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section B
    • Coordonnées cadastrales modernes : section AB

Données historiques

Histoire et archéologie

Le "ruisseau de la Bretonnière" est un petit filet d’eau rejoignant "la Maine" sur sa rive gauche. Il prend sa source à 1,5 km plus au sud, sur la commune de Boufféré. Sur le plan cadastral de 1814, il forme sur 450 mètres la limite entre la commune de Montaigu à l'est, et celle de Saint Hilaire-de-Loulay à l'ouest. Il tient son appellation de "la Bretonnière" voisine, constitué alors de plusieurs métairies, d’où le pluriel que l’on donnait souvent au nom de ce village.

Le décret de la secrétairerie de Napoléon Ier, du 7 février 1809, précisant et donnant
de nouvelles limites à la commune de Montaigu.
Ce décret intègre à celle-ci des territoires de Saint-Hilaire-de-Loulay :
"Art. 1er Les limites de la commune de Montaigu,
département de la Vendée sont fixées ainsi qu’il suit :
Du côté de St-Hilaire-de-Loulay, à partir du
chemin qui conduit de la vieille Vigne à Montaigu, par
le fil d’eau de la Bretonnière jusqu’à la rivière ; par la
rivière en descendant jusqu’à la haye qui sépare le
 pré Vatton d’avec le pré Rochefort ; par cette haie jusqu’…"

Cette limite n’était plus facile à visualiser en 2015 sur le terrain : le ruisseau n’étant vraiment qu’un "fil d’eau", le relief étant peu marqué, les prés qui le bordaient ayant disparu, et son tracé lui-même s’étant déplacé. Elle avait été fixée par un décret impérial daté du 7 février 1809[1], à une époque où la municipalité de Montaigu s’agitait beaucoup pour élargir son territoire communal : à partir de portions de territoire la commune de Saint-Hilaire-de-Loulay, de portions de celle de la Guyonnière, et elle avait même envisagé d’annexer la totalité de celle de Boufféré[2]

Croquis de la délimitation du territoire de la commune de Montaigu en 1812,
le long du cours du
"ruisseau de la Bretonnière"
traversant les prés de Saint-Lazare, les prés blancs et les prés des rivières,
de la commune de Boufféré à
"la Maine;
et ce même secteur sur le plan cadastral de 1814 de Montaigu
(environ 485 x 400 m – le nord est en haut de ce plan).

Le "ruisseau de la Bretonnière" a constitué en cet endroit la limite de la commune de Montaigu, de 1814[3] à 2019, année où cette dernière a été intégrée, avec Saint-Hilaire-de-Loulay et Boufféré (…et Saint-Georges et la Guyonnière), dans la "commune nouvelle" de Montaigu-Vendée.

Sources et références

(sauf mention contraire, les illustrations sont dues à M. Mignet)

[1]

Décret impérial du 7 février 1809 (Arch. dép. de la Vendée : Fonds Mignen, 36 J 60/2).

 
[2]

Arrêtés et délibérations, an XIII-1836, 2 mai 1806, 16 mars et 14 mai 1807, 12 mai 1808  (Arch. dép. de la Vendée : 146 R3, vues 6, 9 à 15).

 
[3]

Plan du cadastre de 1814 de Montaigu (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 146), et procès-verbal en 1812 de la délimitation du territoire de la commune (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 3989). 

 

Nous écrire