Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Bretonnières (ruisseau des)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

Bretonnière (ruisseau de la) source : Le nom du "ruisseau des Bretonnières" est aussi facilement utilisé au pluriel, comme sur le plan cadastral de 1814, qu’au singulier : "ruisseau de la Bretonnière".


Nature(s) du lieu

Catégorie : Hydronymie continentale Masquer
Titre Image
  • Nature : Hydronymie continentale
    Précision sur la nature du lieu : ruisseau
  • Localisation : Le "ruisseau des Bretonnières" se jette dans la Maine, rive gauche en aval de Montaigu, après avoir pris sa source à 1,5 km plus au sud, sur Boufféré.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AB

Etymologie

Ce type de toponyme composé d'un patronyme, ici "Breton", et du suffixe "ière",  omniprésent dans la région,  y existe depuis l'époque féodale.

Données historiques

Histoire et archéologie

Sur le plan cadastral de 1814, sur la rive gauche de la Maine, le "ruisseau des Bretonnières", petit cours d’eau, forme la limite entre les communes de Montaigu à l'est et de Saint Hilaire-de-Loulay à l'ouest. Il tient son nom du village voisin de la "Bretonnière" sur Boufféré.

Cette limite n’est pas toujours facile à visualiser aujourd’hui sur le terrain : le ruisseau n’est qu’un "fil d’eau", le relief est peu marqué, les prés qui le bordaient ont disparu. Elle fut fixée par un décret impérial daté du 7 février 1809[1], à une époque où la municipalité de Montaigu s’agitait beaucoup pour élargir son territoire communal. Reprise et concrétisée lors de l’établissement du premier cadastre, en 1814[2], elle a été un peu modifiée depuis.

Illustrations

montaigu_bretonniere.jpg

montaigu_bretonniere.jpg


Le 7 février 1809, un décret de la secrétairerie de Napoléon Ier
précise les limites communales de Montaigu.
Ce décret, qui intègre à Montaigu des territoires de Saint-Hilaire-de-Loulay
situés au-delà des douves, précise :
"Les limites de la commune de Montaigu, département de la Vendée sont fixées ainsi qu’il suit :
Du côté de St-Hilaire-de-Loulay, à partir du chemin qui conduit de la vieille Vigne à Montaigu,
par le fil d’eau de la Bretonnière jusqu’à la rivière ; par la rivière en descendant jusqu’à la haye
qui sépare le pré Vatton d’avec le pré Rochefort ; par cette haie jusqu’…"

[1]

Décret impérial du 7 février 1809 (Arch. dép. de la Vendée : Fonds Mignen, 36 J 60/2).

 
[2]

Plan du cadastre de 1814 (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 146).

 

Nous écrire