Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Champ-d’Avant (le)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : village
  • Localisation : "Le Champ-d’Avant" est située à 8 km à l’est du centre bourg du Poiré, commune dont il a fait partie jusqu’en 1850.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section D, 1re feuille (cadastre du Poiré)
    • Coordonnées cadastrales moderne : section AL (cadastre de Belleville)

Données historiques

Histoire et archéologie

"Le Champ d’avant", avec les villages de "la Grande Croix", "la Grouillère", "le Placin", "le Grand Pré", "les Tuileries", ainsi que "l’Allée de Lande Blanche" et "le moulin de Lande Blanche", était un des éléments formant "Lande Blanche" au sens large[1], autour de l’ancienne commanderie du Temple de ce nom, érigée à côté au XIe siècle. Jusqu’en 1844, avec d’autres, ces villages furent détachés de la paroisse du Poiré "afin de faciliter aux fidèles l'accomplissement des devoirs religieux"[2], et rattachés à celle de Belleville, un détachement qui s’étendit six ans plus tard aux domaines administratifs et communaux.

Jusqu’au XXIe siècle "le Champ d’avant" n’a été constitué que d’une unique exploitation agricole dont les habitants étaient comptabilisés avec l’un ou l’autre des villages voisins.


"Le Champ d’avant", sur la carte dite d’état-major vers 1840
(environ 2300 x 1400 m),
avec en orange et en bleu les limites à l’époque du Poiré, de Belleville et de Saligny ;
ainsi que sur le plan cadastral de 1836 du Poiré (environ 1610 x 1080 m) ;
et l’emplacement de l’ancienne croix des Ardouin.

Avant 1957-1958, le long du chemin constituant la limite avec la commune de Saligny, subsistait le socle en pierre d’une ancienne croix en bois. Elle avait été érigée après la Révolution par les Ardouin, chaumiers (tuiliers) de "Lande Blanche", en mémoire des membres de leur famille tués là par les troupes républicaines, et qui furent enterrés dans le "champ des Landes", de l’autre côté du chemin. D’autres habitants de villages proches avaient été fusillés à quelque 800 mètres de là, le long du "chemin du poteau" (ou "chemin dô potia"). Ceci serait à rapprocher des témoignages sur le passage par ces lieux mi-juillet 1794, de la colonne "infernale" de Huché : "plusieurs cultivateurs trouvés cachés et sans armes, les uns en chemise, les autres en gilet, presque tous à leurs travaux ont été amenés au Général Huchet et fusillés sur le champ par ses ordres"[3].

En 2017, il ne reste rien de cette croix, sinon son fût (environ 5 m) devenu une poutre de la cave de la ferme, et la statue (hauteur : 27 cm) en terre cuite émaillée de Malicorne, posée devant elle autrefois.

La mémoire de ces évènements et de l’histoire de cette croix a été transmise par les descendants de la famille Ardouin, habitant toujours au "Champ d’avant" en 2017.


Sur une vue aérienne en 2014 (environ 1200 x 925 m) :
l’emplacement de la croix des Ardouin,
près du
"Champ d’avant", aux limites des communes d’avant 1850 ;
ainsi que ses restes en 2017 :
son fût servant de poutre, et la statue de la Vierge qui était placée devant.

[1]

Voir les listes nominatives des recensements, et plus particulièrement de ceux de 1836 et de 1891 (Arch. dép. de la Vendée : respectivement pour chacune de ces années 6 M 280 et 6 M 54).

 
[2]

Boutin (Hippolyte), Chronique paroissiale du Poiré-sur-Vie, 1907, p. 7.

 
[3]

Tradition recueillie en 2017 auprès d’Irène Roy (née en 1931 au "Champ d’avant"), rapportant la mémoire familiale transmise par sa grand-mère maternelle Adèle Allaizeau (1884-1964), épouse Ardouin. Sur le passage de la colonne de Huché en ces parages, voir les "Rapport et déclarations concernant la colonne des généraux Ferrand et Huché du 22 messidor au 7 thermidor an 2 (10 au 25 juillet 1794)" (Service historique de la Défense : B 5/9-95 ; consultable en ligne sur le site des Archives dép. de la Vendée).

 

Nous écrire