Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Grosbreuil > Château Gauthier

Nature(s) du lieu

Catégorie : Maison particulière Masquer
  • Nature : Maison particulière
    Précision sur la nature du lieu : maison rurale

Données historiques

Histoire et archéologie

E. Bocquier assimilait ce Château Gauthier à un "Castrum Galteri" du XIIIe siècle et à un "Chasteau Gaultier", cité en 1497 dans les "archives de La Trémoille", sans plus de précisions. Rien ne permet de confirmer une origine aussi ancienne, Château Gauthier est très certainement une appellation récente  (pas de mention du lieu sur la carte de Cassini, ni sur le cadastre napoléonien ou la carte d’état-major du XIXe siècle) ; Bocquier a sans doute confondu le toponyme de Grosbreuil avec "Château Gaultier", ancien nom de l’actuelle Tour d’Arundel aux Sables-d’Olonne, dénomination attestée dès le XIIIe siècle.

Pour ce qui est du lieu-dit Château-Gaultier à Grosbreuil : il fait son apparition dans les recensements de population en 1846, avec la dénomination "usine"[1]. Y réside alors un charpentier, un journalier, un chaufournier et leurs familles. La parcelle où ont été construites les maisons, semble appartenir à Pierre Guedon (3 P 1147-1148)[2].

De nombreuses métairies ont été fondées au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle dans cette zone de landes située aux confins des communes de Sainte-Foy, Grosbreuil et Talmont-Saint-Hilaire[3].

Sources et références

Précisions apportées par Emmanuelle Roy, août 2020

[1]

Voir Archives dép. Vendée, recensement de la population de Grosbreuil, année 1846, vue 15/21.

 
[2]

La consultation du plan minute de rénovation permet de trouver la concordance entre le cadastre rénové et le cadastre napoléonien.

 
[3]

Le phénomène a été étudié par Jean Renard, notamment dans Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise : Loire-Atlantique, bocages vendéens, Mauges, Cercle d'or, 1976.

 

Nous écrire