Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Chaillé-les-Marais > Culasses (les)

Nature(s) du lieu

Catégorie : Moulin à vent Masquer
  • Nature : Moulin à vent

Données historiques

Histoire et archéologie

Le moulin à vent des Culasses est arrenté en 1672 par François Brisson, sénéchal de Fontenay, Président de la sénéchaussée, à Jean Naullet, farinier et à sa seconde épouse, Marie Ruchaud ou Rouchaud contre un versement annuel de 112 livres et 6 chapons[1]. Leurs deux fils héritent donc de la rente : Etienne (1671-1695), le chirugien, revend sa part à Mathieu (1667-1703), le farinier[2], frères paternels de Jean, le notaire et maître d'école de Chaillé (1650-1685)[3].

En 1755, Jean Renaud, fils et ses quatre frère et sœurs ayant renoncé à la succession de leurs parents - Jean Renaud, farinier, et Marie Naullet (1691-1742), fille de Mathieu -, les domaines provenant de ceux-ci (dont le moulin des Culasses[4]) sont adjugés à Pierre Gendronneau. Mais Jean Renaud fils semble en être toujours le meunier en 1759[5].

Sources et références

Notice historique par Ph. Moreau (novembre 2021)

[1]

ou « Sur-les-Culasses » (au tènement des Culasses ?). Cf. Arch. dép. Vendée, minutier du Langon, 3 E 39 72 François Guillet (aîné), 25  juillet 1755, adjudication des domaines de Jean Renaud et Marie Naullet, après renonciation à succession de Jean Renaud, fils, à Pierre Gendronneau, vues 122-135/244.

 
[2]

Vente par Etienne Naullet, chirurgien, à son frère Mathieu, farinier, de sa part de la rente (du moulin des Culasses), le 19 mars 1694 (100 livres au total, seulement : il se peut donc qu'il y ait des arrérages à la charge de Mathieu). Cf. Arch. dép. Vendée, minutier de Chaillé-les-Marais, 3 E 51 42, Jean Morisset 1689-1694, vues 318-319/371

 
[3]

Jean Naullet (voir sa fiche dans le Dictionnaire historique des Vendéens) a épousé en 1675 Simone Maillet dont les parents avaient pris à rente le moulin de la Pironnière dans la paroisse voisine de Champagné. Veuve et remariée, Simone Maillet transporte en 1698, avec sa sœur Marie, une rente venue de leurs parents due à Monsieur de Champagné sur le moulin de la Pironnière (de 80 livres par an à laquelle, pour l'acheteur s'ajoute une rente de 42 livres par an aux vendeuses). Les acquéreurs sont Louis Legeay et Mathurine Cailleteau ; Louis Legeay est le fils de Christophe, fermier dudit moulin. Cf. Arch. dép. Vendée, minutier de Chaillé-les-Marais, 3 E 51 43 : Jean Morisset 1695-1698, 20 avril 1698, vues 243-244/331.  

 
[4]

Voir minutes de François Guillet, acte précité note 1.

 
[5]

Alors qu'elle demeure au moulin de la Pironnière, le 2 janvier 1759, Louise Faivre, petite-fille de Mathieu Naullet et veuve de Louis Lavergne, vivant farinier, arrente à Jean Renaud, son cousin germain, meunier du moulin des Culasses à Chaillé, 7 petites pièces de terre dont trois "situées sous les Culasses". Cf. Arch.dép.Vendée minutier de Chaillé, 3 E 51 70, René Chauvet 1756-1761, vues 102-103/158. Jean Renaud et Marie Naullet ont eu deux fils prénommés Jean ; en l'absence du nom de l'épouse, il est difficile de savoir duquel il s'agit...d'autant que les contrats de mariage les disent, tous deux, fariniers.

 

Nous écrire