Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Désert (le)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : village
  • Localisation : "Le Désert" se situait à 8,5 km à l’est du centre bourg du Poiré-sur-Vie.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section D, 2e feuille

Données historiques

Histoire et archéologie

"Le Désert", désormais disparu était jusqu’en 1850 un village du Poiré situé aux limites de la commune et de celles de Saligny et de Dompierre, le long de la route conduisant du Poiré à Dompierre en passant par le bourg de Belleville. Il était dans la mouvance des villages de "Lande blanche", de "la Grouillère" et de leurs tuileries. En 1850, il a été détaché comme ceux-ci de la commune du Poiré et intégré à celle de Belleville[1].

"Le Désert" en 1836, aux confins des communes du Poiré,
de Saligny et de Dompierre en 1836,
son ancien emplacement en 2013
et sa localisation dans une zone de landes
dans les années 1766-1768.
(sur le premier cadastre du Poiré et sur une vue aérienne : ;
environ 400 m x 400 m ; et sur la
feuille n°132 - les Sables-d’Olonne de la carte de Cassini)

Sur la carte de Cassini (2e moitié du XVIIIe siècle) "le Désert" est localisé, de façon indicative, sur les marges d’une zone de landes, ce qui pourrait avoir été à l’origine de son nom.

"Le Désert" a compté au maximum une quinzaine d’habitants, et il était constitué de familles aux métiers modestes : les recensements de 1836 à 1911 y signalent des cultivateurs, des journaliers, des chaumiers (tuiliers), des charbonniers, des cercliers (de barriques), des domestiques[2].

Sa situation isolée et le niveau de vie limité d’une population décroissant au fil des ans ont dû être les causes de sa disparition. Dans les années 1960, ses derniers restes ont été démolis et dispersés[3].

[1]

Plans, états de sections et matrices des propriétaires du cadastre de 1836 du Poiré (Arch. dép. de la Vendée : 3P 178).

 
[2]

Recensements de la population de 1836 à 1911 (Arch. dép. de la Vendée : 3M 280 et 6M 54).

 
[3]

Entretiens en 2017 avec Irène et Michel Roy, nés non loin du "Désert" autour de 1940.

 

Nous écrire