Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Égault (ruisseau de l')

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

Brosse (ruisseau de la) source : Le mot "l’Égault" connaît bien des orthographes multiples ; et le "ruisseau de l’Égault" était parfois appelé le "ruisseau de la Brosse"[1].


Nature(s) du lieu

Catégorie : Hydronymie continentale Masquer
Titre Image
  • Nature : Hydronymie continentale
  • Localisation : "L'Égault" se jette dans la Maine à Montaigu, après avoir pris sa source à La Guyonnière, 3 km plus à l'est. Il forme la limite communale entre Montaigu et Saint-Georges-de-Montaigu.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales modernes : Section AK

Données historiques

Histoire et archéologie

A la sortie de Montaigu, le petit "ruisseau de l'Égault" est franchi par ce qui est généreusement qualifié de "pont de l'Égault". Ce tout petit ouvrage permet le passage de la nouvelle (au XVIIIe siècle) route de Nantes à La Rochelle, aujourd’hui la "route européenne E3". Commencée dans le secteur de Montaigu vers 1752, cette route y fut terminée en 1757. Elle faisait partie des "routes royales" de 60 pieds de large (soit 19,459 m, fossés inclus) du nouveau réseau routier initié par Trudaine, à la tête des Ponts et Chaussées de 1744 à 1769. Aussi rectilignes que possible, et tracées "de clocher à clocher", elles voyaient singulièrement diminuer leur largeur lors de la traversée des bourgs et des villes, comme dans Montaigu et le "faubourg Saint-Jacques". En 1786, le médecin montacutain Louis Richard de la Vergne en parle comme étant "le grand chemin qui est en cet endroit un des plus beaux du Royaume"[2]

Le "ruisseau de l’Égault", prend sa source sur la commune de La Guyonnière, près du village de la Brosse ; où il était autrefois le déversoir d’un étang artificiel déjà asséché en 1816. En 2014, il subsistait encore 200 m des 340 m initiaux de sa chaussée de retenue. 

Autres mentions

En dépit de sa faible importance, le "pont de l’Égault", par lequel la route vers La Rochelle traverse le ruisseau, a donné son nom à l’étroit "pré du pont de l’Égault", situé de part et d’autre.

Illustrations

montaigu_egault_ruisseau_2.jpg

montaigu_egault_ruisseau_2.jpg


Le début et la fin du cours du "ruisseau de l’Égault" :  
- à droite, les restes en 2014 de la chaussée (plus grande hauteur, 5 m)
de l’ancien
"étang de la Brosse", point de départ du ruisseau sur La Guyonnière,
et plan de cet étang sur le cadastre de 1816 ;
- à gauche, sa confluence en 2014, vue du
"pont de l’Égault",
sur la "
route royale de Nantes à La Rochelle", actuellement E3.

[1]

Délibérations du conseil municipal du 4 mai 1839 (Arch. dép. de la Vendée : 146 D1).

 
[2]

Richard de la Vergne (Louis), Mémoire sur la topographie médicale de la ville de Montaigu en Poitou, 1786, manuscrit 32 p., p. 10 (Arch. dép. de la Vendée, Fonds Mignen : 36 J 60/2).

 

Nous écrire