Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Gaillard (rue Joseph)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : La "rue Joseph Gaillard" constitue l'axe de la zone industrielle nord de Montaigu, entre la route de Nantes à la Maine.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AB

Données historiques

Histoire et archéologie

Influent propriétaire d’une savaterie située en bordure du "Champ de Foire", Joseph Gaillard (1863-1934) a été maire de Montaigu de 1902 à 1925, puis de 1930 à sa mort en 1934. Il était le petit-fils d’Armand Trastour (1802-1875), qui fut maire de Montaigu de 1837 à 1844, puis de 1848 à 1870, date à laquelle il dut céder la place à son cousin Olivier-Jacques Fayau (1829-1900), maire de Montaigu de 1870 à 1874. Il était l’arrière-petit-fils d’Etienne-Louis Trastour (1776-1856), maire de Montaigu de 1824 à 1828, puis en 1831-1832, lui-même fils de Jean-Charles Trastour (1746-1826), maire de Montaigu de 1811 à 1814, puis en 1815 (et avant 1795, il avait été le procureur syndic du district de Montaigu). En 1945, c’est en tant que "Mme Roger Gaillard", qu’Odette Chartier (1905-2000), épouse d’un neveu de Joseph Gaillard, se fera élire conseillère municipale de Montaigu... Un bon exemple de la permanence de la mainmise d’une famille de notables sur une municipalité.

Contrairement aux sentiments politiques des communes voisines, Joseph Gaillard afficha toute sa vie une étroite adhésion aux majorités gouvernementales de la Troisième République, et il lui fut souvent reproché un sectarisme revendiqué. Les municipalités qui lui succédèrent à Montaigu furent d’orientation politique différente, mais surtout, elles s’efforcèrent d’être plus à l’écoute de tous les habitants[1].

Autres mentions

Parmi ses arrière-arrière-grands-pères, Joseph Gaillard comptait Pierre-Paul Clemenceau (1749-1825), premier et antépénultième sous-préfet de Montaigu, de 1800 à 1806, et arrière-grand-père de Georges Clemenceau (1841-1929)[2], artisan de la victoire de 1918, et du traité de Versailles en 1919.

A Montaigu, Joseph Gaillard semble avoir partagé avec ce dernier un même caractère difficile et autoritaire.

Illustrations

montaigu_gaillard_joseph.jpg

montaigu_gaillard_joseph.jpg


Joseph Gaillard avec sa fille Madeleine, le 30 septembre 1906,
dans le jardin de sa maison, du 10 rue de la Juiverie,
où il recevait son cousin au 7e degré, Georges Clemenceau,
 
alors Ministre de l’Intérieur de la IIIe République venu en visite officielle en Vendée.

[1]

Enquêtes en 2012 auprès d’habitants nonagénaires de Montaigu, ayant connu les élections, entre 1930 et 1960, des municipalités Gaillard, Delahet, Morat et Laronze.

 
[2]

Enquêtes auprès de l’association généalogique "Familles de Vendée". 

 

Nous écrire