Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Gendronnière (la Petite)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : village
  • Localisation : "La Petite Gendronnière" se situe 1,5 km au sud du centre-bourg du Poiré-sur-Vie.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section G, 1re feuille (emplacement)
    • Coordonnées cadastrales modernes : section YV

Données historiques

Histoire et archéologie

Le village de "la Petite Gendronnière" est constitué d’une seule petite maison construite au début des années 1920 par Gabriel Gendreau, médecin en chef de l’hôpital de la Roche-sur-Yon, ville où il habitait. Il possédait aussi le logis du "Lieu-Dieu" de la Genétouze et un certain nombre de métairies, en particulier à "la Chauchetière" voisine[1].

Dans ce dernier village vivait avant la Première Guerre mondiale Jean Genaudeau, métayer, qui avait, le 22 avril 1913, épousé Léontine Gendreau (sans liens de parenté avec son propriétaire) dont il eut deux filles, en 1914 et en 1915. Le 26 octobre 1918, il mourut à la guerre.

C’est pour donner un logement à cette jeune veuve et ses deux petites filles que le docteur Gabriel Gendreau leur fit construire cette petite maison le long de la route du Poiré à la Genétouze, et à 400 mètres de "la Chauchetière".

En 2020, la petite maison de "la Petite Gendronnière", et à peu de distance,
la croix dite
"de la tournée de la Chauchetière" (h : 4 m 50 m)[2].


A 70 mètres de cette maison se trouve la croix dite de "la tournée de la Chauchetière", dont l’enclos de pierre a depuis longtemps disparu. Son inscription est devenue difficilement lisible : "Croix érigée à la mémoire de […] enfants […] réfectionne […]". Son style la fait dater du dernier quart du XIXe siècle.

 

Sources et références

[1]

Entretiens en février 2020 avec différents parents de Jean Genaudeau : Marcel Faveroul (né en 1925), et Auguste, Cyriaque et Xavier Genaudeau, tous trois originaires de "la Chauchetière".

 
[2]

La croix "de la tournée de la Chauchetière" : photo du 8 février 2020, et dessin d’Alfred Tallonneau, dans l’Ange gardien du Poiré, du 27 juin 1926 (Arch. paroissiales du Poiré).

 

Nous écrire