Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Poiré-sur-Vie, Le > Grande Croix (la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : village
  • Localisation : "La Grande Croix" est située à 8 km à l’est du centre-bourg du Poiré.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section D, 1re feuille (cadastre du Poiré)
    • Coordonnées cadastrales modernes : section ZM (cadastre de Belleville)

Données historiques

Histoire et archéologie

Le village "la Grande Croix" du Poiré était en bordure de celui dit "la Petite Croix" de Belleville qui, lui, n’était composé que d’une unique maison[1]. Au début du XIXe  siècle, il était le seul du Poiré, à porter un nom à connotation religieuse, mais à cette époque ce nom n’était au mieux qu’un souvenir. La croix d’environ 4,50 mètres de haut qu’on y voit au début du XXIe siècle n’a été élevée que peu avant 1900 par la famille Barreau ; elle y a de nouveau justifié le nom du village.

Localisation de "la Grande Croix" sur une vue aérienne vers 2014, 
avec la limite d’avant 1850 entre le Poiré et Belleville
(environ : 900 x 750 m).
En 2018, la croix qui y fut érigé vers la fin du XIXe siècle par les Barreau,
et des briques provenant des
"Grois" du Poiré,
fabriquées par cette
même famille de"chaumiers" autour de 1900.


Longtemps et comme dans les villages voisins, "la Grande Croix" a été habitée par des "chaumiers" (c’est-à-dire des tuiliers), dont les Barreau, qui y exercèrent leur profession des années 1840 jusque dans la première moitié du XXe siècle, laissant des briques portant leur nom dans toutes les communes des environs. Ils furent une des quatre dernières familles à y avoir pratiqué cette activité.

"La Grande Croix", située près de "Lande Blanche", lui a souvent été assimilée, tout comme  "les Tuileries (de Lande blanche)" et le "Champ d’avant" tout proches. Avec eux et quatorze autres villages du Poiré, elle fut rattachée à la commune de Belleville en 1850.
 

Sources et références

(sauf mention contraire, les illustrations sont dues à M. Mignet)

[1]

Plans cadastraux de 1836 du Poiré et de 1837 de Belleville (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 178 et 3P 019). 

 

Nous écrire