Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : hameau

Etymologie

Il y a deux possibilités pour l’étymologie du nom de village « La Grange ». La première, la plus courante, a pu indiquer la présence d’un bâtiment où l’on remisait le foin. La deuxième possibilité a désigné une exploitation agricole, une « grange monastique » fondée par des moines au XIIème siècle. Souvent, à l’origine, on y trouve des bois qui ont été défrichés, des marais qui ont été asséchés, des landes incultes qui ont été irriguées, etc.

Données historiques

Histoire et archéologie

À Saligny, ce sont peut-être des chanoines qui sont à l’origine de la métairie de la Grange puisque celle-ci dépendait au début de la Révolution du prieuré de Belleville qui vivait sous la règle de Saint Augustin, dépendant de l’Abbaye de Nieul-sur-l’Autize. Cependant, il est impossible de le dire avec certitude puisque aucune archive concernant la Grange datant d’avant la Révolution n'a été retrouvée pour le moment.

En outre, la métairie de la Grange peut très bien avoir été achetée par le prieuré de Belleville comme cela a été le cas pour la métairie de la Péraudière située sur les paroisses des Lucs et de Saint-Etienne-du-Bois les 21 août et les 25 octobre 1751 pour la somme totale de 3120 livres[1].

À la Révolution, la métairie de la Grange est saisie pour être vendue comme bien national. C’est ainsi que le 14 mars 1791, Jacques Borderon, demeurant au Plessis de Saligny, et Jean Bernard, demeurant à la Verrie de Saligny achètent ensemble la métairie de la Grange pour la somme de 10 300 livres[2].

Sources et références

Rubriques étymologique et historique complétées par Philippe Barré (12/05/2015)

[1]

Archives départementales de la Vendée, B 993

 
[2]

Archives départementales de la Vendée, 1 Q 770, procès-verbal n°36

 

Nous écrire