Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Grosse Tour (la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Fortification, tour Masquer
Titre Image
  • Nature : Fortification, tour
    Précision sur la nature du lieu : fortification
  • Localisation : La "Grosse Tour" est la tour du "Château de Montaigu" située la plus au sud
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : A 287
    • Coordonnées cadastrales modernes : AH 183

Données historiques

Histoire et archéologie

On connaît le nom des tours du "Château de Montaigu" par Alain de Goué. Dans un petit ouvrage, le Démantèlement de Montaigu (1581, 1586, 1589), il cite un "procès-verbal de visite" en date du 21 novembre 1586, faisant une description du Château[1]. Il s’agissait de vérifier que les destructions effectuées durant les mois précédents avaient bien mis fin au rôle militaire de Montaigu, en application d’une décision prise à la paix du Fleix qui, le 26 novembre 1580, avait terminé la septième guerre de Religion. Pendant six ans, Jeanne de La Trémoille qui en était la châtelaine, avait multiplié les retards dans l’espoir de garder son château intact, mais en vain.

En effet, aux pieds de la "Grosse Tour", de part et d’autre, gisent encore aujourd’hui des pans de murailles abattus en 1586 lors de ce démantèlement du Château.

Au nord-est, entre cette "Grosse Tour" et la "tour du Corbin", se trouvait la chapelle du Château et sa crypte qui, jusqu’au XVe siècle, servit d’enfeu (sépulture) pour les seigneurs de Montaigu. Quasi ruinée en 1586, elle fut définitivement démolie en 1639 par le protestant Gabriel de La Lande de Machecoul qui venait d’acquérir le Château. La crypte finit par être détruite à son tour par le maire Armand Trastour vers 1850.

De l’autre côté, la "Grosse Tour" dominait à l’ouest le "Château-Gaillard" qui protégeait la digue fortifiée retenant "l’étang du Château", et le petit pont-levis qui le faisait communiquer avec le Château proprement dit.

Illustrations

montaigu_grosse_tour_1.jpg

montaigu_grosse_tour_1.jpg


En 2012 et vue des restes du "Château-Gaillard" : la "Grosse Tour",
dont l’arasement lors du démantèlement du Château de Montaigu en 1586
ne fut pas aussi complet que celui de ses voisines,  
et à ses pieds des pans de murailles provenant de ce même démantèlement.

[1]

Goué (Alain de), le Démantèlement de Montaigu (1581, 1586, 1588), 1910, p. 57-58.

 

Nous écrire