Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > La Roche Saint-André (cours Augustin de)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
    Précision sur la nature du lieu : cours
  • Localisation : Le "cours Augustin de La Roche Saint-André" se trouve dans le secteur du faubourg Saint-Nicolas, à l'ouest de la voie ferrée.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AB

Données historiques

Histoire et archéologie

Né en 1756, Augustin de La Roche Saint-André était acquis en 1789 aux idées libérales du moment. En 1790, il fut la premier maire élu de Montaigu, et il s’opposa à la politique antireligieuse que le District, contrôlé par quelques bourgeois aisés locaux, voulait imposer à la population. Il était à Montaigu lors des mouvements populaires qui, le 13 mars 1793, aboutirent à la prise de la ville par les révoltés, faisant 44 morts, semble-t-il, du côté républicain et un nombre indéterminé de l’autre. Lors de cette journée et des suivantes, il s’efforça avec succès de protéger la vie des uns et des autres et, le 16 mars, il fut porté à la tête du nouveau conseil dirigeant la ville de Montaigu.

Le 18 octobre 1793, il fit partie des Vendéens passant la Loire. Gravement blessé à Antrain le 21 novembre, il mourut à Coulans (Sarthe) quelques jours plus tard[1].

Des nombreux Montacutains qui, comme Augustin de La Roche Saint-André moururent outre-Loire, peu de noms nous sont parvenus, tels ceux des survivants faits prisonniers le 23 décembre  lors de l’ultime et meurtrière défaite de Savenay : François Baudouin, Martin Bouron, Pierre Chancelier, René Guinot, Louis Jayot, Jean Juyot, Pierre Morisson, Jacques Osson, Mathurin Perdrieau, Jean Perequier, Mathurin Reposté. Ils furent tous tués dans la semaine qui suivit[2].

Autres mentions

Augustin de La Roche Saint-André était lointainement apparenté aux La Roche Saint-André, des Ganuchères de Treize-Septiers, famille du chef d’escadre Gilles de La Roche Saint-André (1621-1688).

Illustrations

montaigu_la_roche_saint_andre.jpg

montaigu_la_roche_saint_andre.jpg


En 2012, la Garde de Rocheservière où, vers 1784,
Augustin de La Roche Saint-André et sa famille vinrent s’installer.

[1]

La Roche Saint-André (J. et Fr. de), les La Roche Saint-André pendant la Révolution, 1990.

 
[2]

Lallié (Alfred), la Justice révolutionnaire à Nantes et en Loire Inférieure, 1896.

 

Nous écrire