Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Champagné-les-Marais > Malmusse (la Petite)

Nature(s) du lieu

Catégorie : Siège d'exploitation agricole Masquer
  • Nature : Siège d'exploitation agricole
    Précision sur la nature du lieu : ferme

Etymologie

Précisions étymologiques générales
Malmusse : Signifie mauvais passage ou mauvaise cachette (à rapprocher de Maumusson).

Données historiques

Histoire et archéologie

La cabanne nommée la Petite Malmusse "composée d'environ cent vingt arpens, proche le passage de moreilles dans le desseichement du petit poitou" est arrentée en 1684 à François Gillois et Marie Mocquais par Jean-Baptiste de Loynes, seigneur de Nalliers-l'Isleau-les-Tours et son frère Jules de Loynes de Villefavreux ; elle est une partie des 2067 arpents de marais, arrentés pour 3 300 livres, qui proviennent des investissements de leur père, Julius[1].

A sa mort en 1733, la cabane appartient à l'une de leurs filles, Suzanne, épouse de Jacques-Philippe Duchesne du Mesnil, tout comme la Grande-Malmusse, la Pointe-à-Gobard et la cabane de la Frétillerie ; les deux Malmusses et la Pointe-à-Gobard sont chargées d'un cinquième de la rente due aux Loynes : 660 livres ; la Petite-Malmusse est affermée avec la Frétillerie et un "carré marais" pour 1850 livres[2].

En 1763, les héritiers Gillois – ici Renée Gillois, veuve de Jean Mouchard de Chaban – reconnaissent devoir payer la rente à Jean-Baptiste-Jacques-Daniel de Loynes, deuxième marquis de la Coudraye[1].

Autres mentions

Voir le lieu sur la Carte de Cassini. 

Sources et références

Notice historique fournie par Ph. Moreau (sept. 2021, nov. 2022).

[1]

Arch. dép. Charente-Maritime, minutier de La Rochelle, Guillaume Delavergne, 27 avril 1763, 3 E 1674-liasse2/fol.255-259. http://www.archinoe.fr/v2/ad17/visualiseur/ir_ead_visu_lien.html?ir=16557&id=25...  

[2]

Déclaration de succession collatérale de Suzanne Gillois, décédée à La Rochelle le 22 février 1733, par François Gillois (son beau-frère, époux de Marie Gillois), Arch. dép. Vendée, Enregistrement, bureau de Luçon, Centième denier 2 C 670, 20 juin 1733, vues 38-39/52.  

 

Nous écrire