Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
    Précision sur la nature du lieu : quartier urbain
  • Localisation : "Les Marguerites" sont situées sur la route de la Boissière-de-Montaigu, à mi-chemin entre le boulevard Auguste Durand et la limite communale avec la Guyonnière.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales modernes : Section AI

Etymologie

Louis Péquin (1901-1971), constructeur des premières maisons de ce quartier, les avait baptisées du prénom de sa femme, Marguerite[1].

Données historiques

Histoire et archéologie

Le quartier des "Marguerites" fait partie du secteur de la Charlopine sur le cadastre de 1814. Dans les années 1950, l’entrepreneur en maçonnerie Louis Péquin trouva à acheter un terrain le long de la route de La Boissière-de-Montaigu pour y construire des maisons.

Lors des périodes de creux dans les commandes de son entreprise, afin d’éviter pour ses maçons des périodes de chômage technique, Louis Péquin se transformait en promoteur. Il construisait des maisons, en général modestes, comme ici celles dites les "Marguerites" dans les années 1950, ou comme celles de "Saint-Joseph" avant 1940… et il les revendait ensuite.[1]

Dans les mêmes années 1950, des "maisons Péquin" bâties sur des plans similaires surgirent aussi route de Clisson, rue Michel Favreau, etc.

En 2012, le quartier des "Marguerites" a tendance à oublier son nom d'origine au profit de ceux des rues des lotissements qui depuis 1970 ont été multipliés tout autour. 

Illustrations

montaigu_marguerites.jpg

montaigu_marguerites.jpg


En 2012, quelques-unes des "maisons Péquin" du quartier des "Marguerites".
Les (futures) "
Marguerites" en 1950, en 1959 et en 2009 (environ 100 x 73 m, © GEOPORTAIL).

[1]

Entretien en 2012 avec Louis-Joseph Douillard, conseiller municipal de 1964 à 1994.

 

Nous écrire