Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Minière (chemin de la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (hors rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (hors rue)
  • Localisation : Le "chemin de la Minière" était situé à entre le "faubourg Saint-Jacques" et le "chemin de Barbecane", et traversait le "parc de la Caillauderie".
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : section B
    • Coordonnées cadastrales modernes : section AH

Etymologie

Autrefois le terme de "minière" était à l’occasion utilisé dans le sens de "carrière" : ainsi Pierre Belon (1517-1564) parle-t-il au XVIe siècle de "minières d’alun", "à veine descouverte"[1].

Données historiques

Histoire et archéologie

Du "chemin de la Minière"[2] il ne reste aujourd’hui que l’étroite et courte "impasse Alice Delahet". Il menait du "faubourg Saint-Jacques", à partir de la "rue de Bel Air" à de petites carrières situées sur le rebord du vallon de "l’Asson", puis se terminait à la "fontaine Poupeline".

Ces petites carrières étaient de celles qui permirent au fil des siècles de construire le "faubourg Saint-Jacques", leur site est envahi désormais par la végétation. Quant à la "fontaine Poupeline", toujours existante bien qu’inutilisée et pratiquement oubliée, elle était la source d’eau potable utilisée par les habitants de ce quartier et se situait en bordure de l’enclos de l’ancien "couvent Notre-Dame de Saint-Sauveur" ; celui-ci, fondé au début du XVIIe siècle, occupait le fond du vallon de "l’Asson".

Ce "chemin de la Minière" fut intégré au cours du XIXe siècle, pour partie à la propriété de "la Caillauderie" qu’il traversait, et pour partie au "domaine du Rocher" auquel il aboutissait.

Illustrations

montaigu_miniere_1.jpg

montaigu_miniere_1.jpg


Le "chemin de la Minière", entre le "faubourg Saint-Jacques" et le rebord du vallon de "l’Asson",
la "fontaine Poupeline" et quelques traces d’une ancienne petite carrière.
(vue aérienne de Montaigu en 2014, environ 328 x 193 m ; photos en 2016 et en 2017)

[1]

Belon (Pierre), Les observations des plusieurs singularitez & choses mémorables, trouvées en Grèce, Asie, Iudée, Egypte, Arabie, & autres pays estranges, 1555, livre 1, p.110.

 
[2]

Fonds Dugast-Matifeux, Documents antérieurs à la Révolution, n°169 (Bibl. mun. de Nantes) : aveu rendu à Gabriel de Machecoul par René de May, seigneur du Plantis, le 5 avril 1639 (ce qui situe alors "la Caillauderie" et le "chemin de la Minière" sur la paroisse de la Guyonnière).

 

Nous écrire