Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Petit Saint-Hilaire (le)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Regroupement d'habitations Masquer
Titre Image
  • Nature : Regroupement d'habitations
  • Localisation : Le "Petit Saint-Hilaire" est situé le long de "l'avenue Villebois-Mareuil", entre la "rue des Moulins Nantais" et le pont de chemin de fer.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Saint-Hilaire-de-Loulay, I 726, H 1530
    • Coordonnées cadastrales modernes : Section AD

Etymologie

Le nom de "Petit Saint-Hilaire" est à mettre en rapport avec celui de la commune voisine, Saint-Hilaire-de-Loulay, sur laquelle il a pris naissance au milieu du XIXe siècle, et dont il a dépendu jusqu’en 1891.

Données historiques

Histoire et archéologie

S’étendant pour l’essentiel en face du "parc des Rochettes", le long de la route allant vers Saint-Hilaire-de-Loulay, le "Petit Saint-Hilaire", comme la gare voisine, a fait partie de cette commune jusqu’en 1891[1].

Au XIXe siècle et au début du XXe, ce secteur était considéré comme la "zone de développement" de Montaigu, dans le prolongement naturel de celui du Champ de foire. Il bénéficiait de la route allant en direction de Nantes puis, après son ouverture en 1866, de la présence de la gare de chemin de fer sur la ligne Nantes-Bordeaux. Pendant un siècle, et en dépit de l’opposition résolue des différentes municipalités de Saint-Hilaire-de-Loulay, Montaigu n’a eu de cesse que ce quartier lui soit rattaché.

En 1861, une distillerie y avait été créée par M. Garaud-Meslier. Ses propriétaires successifs (Billard, Praud…) lui firent prendre de l’importance au fil des années. Cela se traduisit en 1891, par la construction du bâtiment qui aujourd’hui accueille depuis 2007 la "cave des Rochettes". Entre temps, en 1925, elle était devenue une liquoristerie, doublée d’un commerce d'apéritifs, de bières et de vins, puis il avait momentanément abrité un atelier de mécanique, avant de revenir à sa vocation première.

Depuis 2010, la "cave des Rochettes" est aussi le siège de "l’Arche de Noah", club d’œnologie régionalement réputé, qui a été fondé en 1991 par MM. D. Desbarres, D. Arnaud et R. Rineau au "lycée Jeanne-d’Arc" de Montaigu[2].

Entre les deux guerres, en plus de cette distillerie, on trouvait au "Petit Saint-Hilaire" différentes petites entreprises qui s’y étaient installées durant les décennies précédentes. Parmi celles-ci : une entreprise de confection féminine et de linge de maison pratiquant aussi le travail à domicile, une laiterie qui deviendra, vers 1970, la "Laiterie de Montaigu" et déménagera plus tard le long de la route menant à Saint-Georges-de-Montaigu[3]

En 2012, ces entreprises ayant pour les unes disparu ou pour les autres s’étant déplacées sur les zones industrielles créées depuis les années 1960 en périphérie de la ville, le "Petit Saint-Hilaire" est devenu un quartier avant tout résidentiel. Mais au cours de ces années 2010, sa vocation de "zone de développement" des siècles précédents a connu une nouvelle jeunesse : les projets urbanistiques de la Communauté de communes "Terres de Montaigu" ont prévu à sa proximité la réalisation d'un quartier d'affaires s’appuyant sur la gare voisine. Il est à prévoir qu’à terme, leur réalisation entraînera pour les zones voisines, dont le "Petit Saint-Hilaire", une densification de l’habitat et l’implantation d’activités tertiaires[4].


Les portions de Saint-Hilaire-de-Loulay, dont le "Petit Saint-Hilaire",
intégrées à Montaigu entre 1804 et 1891,
et les limites de ces paroisses et de celles de Boufféré et de La Guyonnière avant 1804,
sur un extrait de la carte d’État-Major vers 1866, mise en couleurs[5].
(environ 2750 x 2150 m ; trait rouge : limites communales)

Illustrations

montaigu_petit_st_hilaire.jpg

montaigu_petit_st_hilaire.jpg


Dans l’ancien quartier du "Petit Saint-Hilaire", la maison fondée en 1861 par Garaud-Meslier,
reprise en 1893 par Billard, puis par V. Praud… et devenue la
"Cave des Rochettes" en 2007. 

[1]

Plan, état de sections et matrice du cadastre de Montaigu de 1814 (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 146), et de ceux de Saint-Hilaire-de-Loulay de 1818 (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 224).

 
[2]

Entretiens en 2013 avec Valérie et Christophe Bondu, cavistes et animateurs de la "cave des Rochettes".

 
[3]

Entretiens en 2012 avec Michel Piveteau, né en 1932, un témoin et acteur des changements de Montaigu au cours du XXe siècle.

 
[4]

Projet du quartier d'affaires de la gare de Montaigu, Communauté de Communes "Terres de Montaigu", 2009.

 
[5]

Carte de l'état-major (1820-1866) en couleurs,Géoportail, collection "Cartes historiques".

 

Nous écrire