Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Prieur (le jardin du)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Terre agricole (hors vigne) Masquer
Titre Image
  • Nature : Terre agricole (hors vigne)
  • Localisation : Le "jardin du Prieur" correspondait à l'actuel emplacement de l'école des Jardins.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : A 152 à 154
    • Coordonnées cadastrales modernes : AE 288, 289, 295

Données historiques

Histoire et archéologie

Avant la Révolution, ce terrain, appelé "le jardin du Prieur" et bordant les douves, dépendait du "couvent Notre-Dame de Saint-Sauveur". C’est là que logeaient le Père confesseur et les domestiques masculins du couvent. S’y trouvait aussi un petit cimetière où pouvaient être ensevelies les dames pensionnaires à "Notre-Dame de Saint-Sauveur"[1].

Vendus en 1792 en tant que bien national, les bâtiments furent incendiés en septembre 1793 par les troupes républicaines, puis les matériaux furent revendus en détail, ainsi que la terre des jardins et du cimetière pour servir d’engrais. Planté sans succès en châtaigniers puis en vigne, le terrain finit par devenir la propriété de Charles Dugast-Matifeux qui, après sa mort, en fit généreusement don à la municipalité de Montaigu afin d’y construire une école communale publique de garçons[1].

Dans la cour de cette école, l’école des Jardins, le puits est le seul reste du "jardin du Prieur". Fermé en 1964 par l’instituteur de l’époque, il fut quasi immédiatement oublié, puis "redécouvert" et restauré trente ans plus tard.

Autres mentions

La partie du "jardin du Prieur" longeant les douves  forme un décrochement dans les murailles de la ville et comprend les restes d’une tour semi-ronde de la fin du XIIe siècle, témoins des fortifications de Montaigu antérieures aux transformations faites par Louis XI, en 1476.

Illustrations

montaigu_prieur_jardin_2.jpg

montaigu_prieur_jardin_2.jpg


En 1814 le plan cadastral montre que les constructions d’avant 1789
dans ce secteur de la ville, incendiées lors de la Révolution,
avaient été entièrement rasées dans les années qui suivirent.
Sur sa bordure, et donnant sur les douves,
une des tours de l’enceinte de Montaigu de la fin du XIIe siècle
intégrée plus tard aux fortifications rénovées par Louis XI après 1476.

[1]

Mignen (Gustave), les Religieuses Fontevristes de Notre-Dame de Saint-Sauveur à Montaigu, Bas-Poitou (1626-1792), 1902.

 

Nous écrire