Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

Mail (cours du) (vers 1970 - 2011) source : De son origine (1970-1980) à 2011, le "cours Michel Ragon" a été appelé le "cours du Mail". Le changement de nom a mis fin à une fâcheuse tautologie : un "Mail" étant autrefois le nom donné à une large allée (un "cours") où se pratiquait le jeu du "pail-mail" en utilisant, comme la prononciation l’indique, des maillets (…et bien sûr des boules).


Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : Le "cours Michel Ragon" est situé au sud de l'esplanade de Verdun.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales modernes : Section AD

Données historiques

Histoire et archéologie

En 2011, l'ancien "cours du Mail", créé dans les années 1970/1980 à proximité des terrains de foot de l’époque, est devenu le "cours Michel Ragon", du nom du célèbre président du jury du "Prix Ouest" depuis 2000, année de sa création. Ce prix littéraire récompense chaque année lors du salon du "Printemps du Livre de Montaigu" un auteur, né ou vivant dans l’ouest de la France, où dont l’ouvrage a pour cadre ces mêmes régions. Il a succédé au "Prix du Printemps du Livre", créé en 1992. Désormais et depuis 2012, c’est sur le "cours Michel Ragon", autour du théâtre de Thalie récemment édifié, que se tient ce salon littéraire fondé en 1989[1].

Autodidacte, Michel Ragon, né en 1924, a soutenu brillamment en 1975 une thèse de doctorat à la Sorbonne, la Pratique architecturale et ses idéologies, qui l’a consacré comme référence dans le domaine de l'architecture et de l’urbanisme. Fréquentant depuis 1943 les milieux d'avant-garde de la peinture, de la musique, du théâtre, de l'architecture... il était déjà un critique d'art contemporain incontournable. Son engagement jamais démenti dans les rangs anarchistes et prolétariens l'a naturellement conduit à "dépoussiérer" dans des romans à succès, tels que les Mouchoirs rouges de Cholet en 1984, une histoire de la Vendée qui a longtemps été dominée par la vision de vainqueurs, bourgeois et "républicains", au détriment de celles occultées des humbles vaincus. Ses œuvres littéraires, aussi multiples que variées, et ses racines vendéennes et populaires ont fait de lui un personnage emblématique du "Printemps du Livre de Montaigu". 

Autres mentions

En 2008-2009, en bordure du cours qui allait bientôt s’appeler le "cours Michel Ragon", la communauté de communes "Terres de Montaigu", réunissant à cette date sept des dix communes du canton de Montaigu d’alors, a fait édifier un théâtre qu’elle a baptisé "théâtre de Thalie". Il se voyait attribuer le nom de la muse de la Comédie, dont une statue avait été découverte par hasard dans un champ de Saint-Georges-de-Montaigu. L’origine de cette sculpture qui trône aujourd’hui dans le hall du théâtre (photo ci-contre, hauteur sans sa tête : 1,65 m) est très incertaine. Selon Alain Delaval, de la Conservation régionale des Monuments historiques de Nantes (Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays de la Loire), elle pourrait provenir du péristyle du théâtre Graslin de Nantes qui, inauguré en 1788, fut restauré à l’identique en 1811-1813, ayant été ravagé par un incendie en 1796[2]. Sa présence dans les parages de Montaigu serait peut-être à mettre en relation avec le sculpteur nantais d’ascendance malinoise Guillaume Grootaërs, qui vécut tout près, à la Roche-Thévenin de la Guyonnière, et mourut à Montaigu le 9 octobre 1882[3]

Illustrations

montaigu_ragon.jpg

montaigu_ragon.jpg


Au "Printemps du Livre de Montaigu" de 2010 : Michel Ragon
et le président du Conseil Général de la Vendée,
séparés a priori par leurs idées politiques
mais réunis par une vision convergente de l’histoire de la Vendée,
faisant passer les faits avant les idéologies.
En arrière-plan, une partie des multiples œuvres de Michel Ragon.

[1]

Entretiens avec Claude Boisumeau, ancien directeur des Affaires culturelles de la communauté de communes "Terres de Montaigu", dont le rôle dans la création et le développement, du "Printemps du Livre de Montaigu" a été fondamental.

 
[2]

Delaval (Alain), le Théâtre Graslin à Nantes, 2004.

 
[3]

Revue de Bretagne et de Vendée, janvier 1883, p. 72 à 78.

 

Nous écrire