Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Résistants Martyrs (rue des)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

rue de la Commune (1814) source : La "rue des Résistants martyrs" était autrefois connue sous le nom de "rue de l’ancienne Poste" et, sur le plan cadastral de 1814, est nommée "rue de la Commune".


Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : La "rue des Résistants martyrs" joint la "rue Clemenceau" à la place de la "place Saint-Jean-Baptiste", sur l'axe "rue de la Boucherie" - "rue de Tiffauges".
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section A
    • Coordonnées cadastrales modernes : Sections AE, AH

Données historiques

Histoire et archéologie

Durant la Seconde Guerre mondiale, Alex Auvinet (Montaigu, 1921 - le Mans, 1943), Jacques Chaigneau (Cap-Saint-Jacques, 1923 - Buchenwald, 1944), Raymond Parpaillon (Montaigu, 1920 - Bergen-Belsen, 1944), moururent pour faits de Résistance. C’est à leur mémoire, et pour honorer ceux dont les noms se seraient perdus dans l'oubli, que le 19 décembre 1945 cette rue a été baptisée, "rue des Résistants martyrs"[1].

Sur le plan du cadastre de 1814 cette rue est pour une partie nommée "rue de la Boucherie" et, pour une autre, "rue de la Commune", car c’était à l’étage de la maison constituant les actuels nos 8 et 10 (A 504 / AH 53) que se réunissait le conseil municipal à l’époque[2]. Au rez-de-chaussée se trouvait le la poste aux lettres (à ne pas confondre avec la poste aux chevaux), et un cabaret.

Plus tard, ce bureau de poste s’installa, jusqu’en 1984, dans un bâtiment orné de "bandeaux de marine", située dans cette même rue à son débouché sur la "place Saint-Jean-Baptiste". Demeure des Royrand de la Roussière, récupérée en 1798, en tant que bien national, par le maçon et spéculateur nantais François Gillaizeau, acquéreur de dizaines de métairies et de nombreux châteaux et demeures lors de ces ventes[3]

Illustrations

montaigu_resistants_martyrs_3.jpg

montaigu_resistants_martyrs_3.jpg


La "rue des Résistants martyrs"
qui avant 1945 avait entre autres noms porté celui de
"rue de l’ancienne Poste" :
en haut, l’entrée de la rue avec, à droite, une façade ornée de "
bandeaux de marine" ;
en bas, la fin de la rue avec, à gauche, l’ancien café de la Poste à la restauration si contestable.

[1]

Coutaud (André), "Montaigu traversé par la Résistance", in Recherches vendéennes, n°11, 2004, p. 267 à 349. Délibérations du conseil municipal, 19 décembre 1945.

 
[2]

Plan, état de sections et matrice du cadastre de 1814 (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 146).

 
[3]

Registres des ventes des biens nationaux (Arch. dép. de la Vendée : 1 Q 203).

 

Nous écrire