Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Saint-Jean (rue)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : La "rue Saint-Jean" longe "l’église Saint-Jean-Baptiste" pour descendre vers le "pont Jarlet".
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section A
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AH

Données historiques

Histoire et archéologie

Avec la "petite rue Saint-Jean" qui lui est voisine, la "rue Saint-Jean" est, dans la toponymie de Montaigu, le seul reste de l’ancien nom de la principale église de la ville.

La "rue Saint-Jean" et la "petite rue Saint-Jean" :
leurs plaques en 2012 sur l’ancienne grange
"la Cohue",
et sur une vue aérienne en 2009 (environ 240 x 180 m
, © GEOPORTAIL).

Malgré sa petite longueur, elle était autrefois une rue importante car, partant de la "Grand’rue" et longeant le côté sud de "l’église Saint-Jean", puis la grange dite "la Cohue" (à l’emplacement de l’actuelle "salle Jeanne-d’Arc"), elle rejoignait la "porte Saint-Jacques", en passant par le "pont Jarlet". Ce pont étant alors sensiblement plus bas qu’aujourd’hui, la rue avait une forte pente. Entre 1752 et 1757, la construction de la nouvelle route vers La Rochelle entraîna le surélèvement et le redressement de sa partie basse[1].

En 1856, la construction du remblai joignant directement la "Grand’rue" au "faubourg Saint-Jacques", lui ôta une bonne partie de son trafic et entraîna le périclitement du cabaret située à l’entrée du pont.

Depuis que les services municipaux ont fait disparaître l’ancienne "rue du Fort", la "rue Saint-Jean" a pris un tracé curieux : partant de la "Grand’rue" comme autrefois, elle y revient un peu plus loin, après avoir fait le tour d’un pâté de maisons.

[1]

Mignen (Gustave), l'Ancien Montaigu, conférence du 13 mars 1910.

 

Nous écrire