Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Saint-Michel (cimetière)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Église, établissement religieux Masquer
Titre Image
  • Nature : Église, établissement religieux
    Précision sur la nature du lieu : cimetière
  • Localisation : Le "cimetière Saint-Michel" se situait entre l'extrémité est de la "rue de Tiffauges" et l’Asson.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section A
    • Coordonnées cadastrales modernes : Section AH

Données historiques

Histoire et archéologie

Dans la deuxième moitié du XVIe et la première du XVIIe siècle, le "cimetière Saint-Michel", dont il ne reste rien, était le lieu de sépulture des protestants, à quelques centaines de mètres de leur temple situé "rue de Tiffauges".

En 1685, avec l’abolition de l’édit de Nantes, le terrain de ce cimetière fut attribué à "l’hôpital de Montaigu" qui le vendit, le 8 décembre 1697, aux religieuses du "couvent Notre-Dame de Saint-Sauveur". C’est cet acte d’acquisition qui permet de le localiser : "[…]joignant le fossé de cette ville d'un part, d'autre au pré appelé le pré de Saint-Michel, d'autre bout aux terres de la métairie de la Robinièreet encore d'autre bout aux jardins de Vaillant et Pavageau […]"[1]. Ce terrain, touchait la partie sud du bastion de la "porte Notre-Dame", bordait les anciennes douves sèches et surplombait le vallon de l’Asson.

Selon Gustave Mignen, "Le cimetière Saint-Michel, comme l'étang du même nom qu'il dominait, tirait sa dénomination d'une chapelle dédiée à saint Michel, et élevée au milieu de ce cimetière"[1]. Saint Michel étant celui "qui reçoit les âmes des saints et qui les conduit jusqu’à la joie du paradis", et que c’est "à sa voix que les morts ressusciteront"[2], c’était une disposition des plus naturelles pour une chapelle dédiée à ce saint.

Quant à son origine, on n'en sait pas plus mais sa localisation, à l’extérieur de la ville et toute proche de la "porte Notre-Dame", laisserait penser qu’elle a pu être édifiée en cet endroit après l’agrandissement de Montaigu et l’établissement de ses nouvelles murailles à la fin du XIIe siècle.

D’autres attribueraient son origine à l’acquisition en 1473, de Montaigu par Louis XI, qui avait créé l’ordre de Saint-Michel quatre ans plus tôt.

Illustrations

montaigu_st_michel_cimetiere_2.jpg

montaigu_st_michel_cimetiere_2.jpg


Le long de la "rue de Tiffauges" : la localisation du "temple protestant" de Montaigu 
et celle du "
cimetière Saint-Michel"
au milieu du XVIIe siècle (vue aérienne 290 x 155 m, 2009,
© GEOPORTAIL).

 

[1]

Mignen (Gustave), les Religieuses Fontevristes de Notre-Dame de Saint-Sauveur à Montaigu, Bas-Poitou (1626-1792), 1902, p. 32, dont note.

 
[2]

Voragine (Jacques de), la Légende dorée, 1261/1266, chap. CXLII – 29 septembre.

 

Nous écrire