Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Nature(s) du lieu

Catégorie : Siège d'exploitation agricole Masquer
  • Nature : Siège d'exploitation agricole
    Précision sur la nature du lieu : ferme

Données historiques

Histoire et archéologie

La cabane de Saint-Xavier[1] dans le dessèchement du Petit-Poitou, "entre le Canal du Clin et celui de la Saivre autrement nommé de Moreille", a appartenu au Collège de La Rochelle ; en 1767, elle est baillée à ferme en même temps que celle de Saint-Ignace[2] et toutes leurs dépendances, "compris un carreau de marais de 125 arpents du dessèchement de Champagné, paroisse de Sainte-Radégonde et 4 journaux du même dessèchement à Puyravault". L'adjudication avait été faite, le même jour, au bureau du collège après pose d'affiches à La Rochelle, Marans, Sainte-Radégonde, Champagné et autres lieux non mentionnés. Le vainqueur est Pierre Gendronneau[3]," marchand" qui s'engage pour cet ensemble à verser, pendant 9 ans, 2275 livres par an à partir de la Saint-Michel 1768[4].

La cabane, devenue bien national, est vendue en 1794 : 130 journaux de terre dont 120 au midi de la route de Luçon à Marans et 10 au nord ; la première enchère a été lancée par François Priouzeau mais elle est acquisse conjointement par François Gaudineau et Françoise "Roullette" (Roullet), veuve (de François-Nicolas) Couzin[5], pour 50 700 livres sur une estimation de 22 880, en une période de forte inflation monétaire[6]. Ils demeurent tous deux à Chaillé.

Sources et références

Notice historique par Ph. Moreau (novembre 2021)

[1]

marquée de la lettre A sur le plan de René Siette de 1648, mais le propriétaire de la seigneurie n'est pas donné dans la légende ; voir "Plan et description particuliere des Marais desseichés du petit Poictou avecq le partaige sur icelluy faict par le Sieur Siette", sur Gallica. Voir également Saint-Xavier sur la carte de Cassini, feuille de Luçon , au levant de la Petite-Vendée et au nord de la Vacherie.

 
[2]

Saint-Ignace, marquée de la même lettre A sur le plan de Siette, précité; voir aussi carte de Cassini, feuille de La Rochelle : au levant du canal du Clain, au midi de la Hollande.

 
[3]

Pierre Gendronneau a épousé Catherine Hurtaud, décédée en 1759. Cf. mariage à Ste-Radégonde-des-Noyers le 7 juin 1719, vue 3/70, et sépulture de Catherine Hurtaud à Ste-Radégonde, le 20 oct. 1759, vue 19/55. Il est décédé à 84 ans, inhumé à Chaillé-les-Marais le 28 septembre 1779, en présence de sa seconde épouse, Elisabeth Caillé (Arch. dép. Vendée, Chaillé-les-Marais, B.M.S. 1778-1779, 28 septembre 1779, vues 45-46/58). L'acte de dépôt de son testament olographe en faveur de ses petits enfants est conservé dans le minutier de Jean-Baptiste Prunier, notaire à Chaillé. P. Gendronneau était le beau-frère de Jean Morisset, maître chirurgien et fils d'un notaire de Chaillé, qui avait épousé Françoise Gendronneau en 1725.

 
[4]

Arch. dép. Charente-Maritime, minutier de La Rochelle, 3 E 1678 Guillaume Delavergne 1767, liasse 2, fol. 353-354, 1 juillet 1767, ferme

 
[5]

Françoise Roullet avait épousé François-Nicolas Couzin en 1779, il était veuf de Marie-Anne Boilleau, sœur de Jean-Baptiste, fermier de la cabane de Beauvoir, maire de Triaize entre 1792 et 1794.

 
[6]

Arch. dép. Vendée, Biens nationaux, canton de Chaillé-les-Marais, 1 Q 577, P.V. 76, 12 germinal an II, vues 32-35/268

 

Nous écrire