Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Sénéchaussée (maison de la)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Nature(s) du lieu

Catégorie : Maison particulière Masquer
Titre Image
  • Nature : Maison particulière
  • Localisation : La "maison de la Sénéchaussée" était située à l'emplacement de l'actuel presbytère de Montaigu, à l'embranchement des rues Saint-Jean et du pont Jarlet.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : A 316
    • Coordonnées cadastrales modernes : AH 67

Données historiques

Histoire et archéologie

En 1600, Claude de La Trémoille, seigneur de Montaigu, fit construire la "maison de la Sénéchaussée", afin d’y établir le siège de la sénéchaussée seigneuriale. Avec ses fenêtres à meneaux et garnies de barreaux de fer et une tourelle à son angle nord-ouest, cette maison permettait aussi de surveiller le chemin venant de La Rochelle.

Vers 1680, Gabriel-Antoine de Crux, un de ses successeurs, y organisa un collège destiné aux garçons qui disparut en 1793. C'est là que les Du Chaffault, de La Roche Saint-André, de La Revellière-Lépeaux, Goupilleau de Villeneuve, Louis-Marie Baudouin, et autres, firent leurs premières études[1].

Le bâtiment, un des rares à avoir échappé aux incendies perpétrés par les troupes républicaines,  servit alors de local pour l’administration municipale du canton de Montaigu[2] (de 1795 à 1800, les différentes communes d’un même canton étaient regroupées en une seule municipalité ; leurs membres - un pour chacune des communes - étaient choisis par les autorités départementales et étroitement surveillés par un "commissaire du directoire exécutif départemental").

En 1801, c’est dans ce bâtiment qu’on installa la cure de "Saint-Jean-Baptiste" (et non plus "Saint-Jean"), la désormais unique paroisse de la ville. Il fut démoli en 1885 pour faire place au presbytère actuel[3] ; les deux portes du petit jardin qui le précède sont désormais les seuls éléments pouvant être antérieurs à cette date.

Illustrations

montaigu_senechaussee.jpg

montaigu_senechaussee.jpg


L’ancienne "maison de la Sénéchaussée", ancien collège de garçons, ancien presbytère…
dessinée par Augustin Douillard dans
Échos du Bocage (1888)
et, en 2012, le presbytère qui l’a remplacé en 1885.

[1]

Mignen (Gustave), les Maîtresses et Maîtres d'école de Montaigu avant et depuis 1789, 1907, p. 50.

 
[2]

Lettre du 8 décembre 1795 de Trastour, commissaire politique de Montaigu (Arch. dép. de la Vendée : L 167). 

 
[3]

Mignen (Gustave), Paroisses, églises et cures de Montaigu (Bas-Poitou), 1900, p. 92-93.

 

Nous écrire