Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Tour du Moulin

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

Tour Neuve source : La "Tour du Moulin" est aussi appelée la "Tour Neuve".


Nature(s) du lieu

Catégorie : Fortification, tour Masquer
Titre Image
  • Nature : Fortification, tour
    Précision sur la nature du lieu : tour
  • Localisation : La "Tour du Moulin" est la tour polygonale marquant l’angle nord-ouest du Château.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : A 287
    • Coordonnées cadastrales modernes : AH 188

Données historiques

Histoire et archéologie

On connaît le nom des tours du Château de Montaigu par Alain de Goué. Dans un petit ouvrage, le Démantèlement de Montaigu (1581, 1586, 1589), il cite un "procès-verbal de visite" en date du 21 novembre 1586, faisant une description du Château[1]. Il s’agissait de vérifier que les destructions effectuées durant les mois précédents avaient bien mis fin au rôle militaire de Montaigu, en application d’une décision prise à la paix du Fleix qui, le 26 novembre 1580, avait terminé la septième guerre de Religion. Pendant six ans, Jeanne de La Trémoille qui en était la châtelaine, avait multiplié les retards dans le vain espoir de garder son château intact.

La "Tour du Moulin", comme son nom l'indique, le "moulin Saint-Nicolas", non loin des porte et pont du même nom. Ses dimensions au sol (environ 12 m sur 20 m), ses forme et structure polygonales, montrent qu'elle est à dater du renforcement des fortifications de Montaigu par le roi de France Louis XI qui, ayant décidé d'en finir avec la volonté des Bretons de rester indépendants, avait momentanément acquis en 1473 la châtellenie de Montaigu[2].

Sa construction en 1476 lui avait valu le nom de "Tour Neuve" : "un bâtiment fort superbe tout à chaux et à sable, et d'une grande épaisseur et largeur et à plusieurs chambres et étages"[1]. Les embrasures, adaptées à la petite artillerie, visibles vers la base de la tour avaient pour rôle de surveiller la chaussée du moulin dont la retenue assurait à l’ouest une protection pour le Château, et pouvait être un possible point de passage pour atteindre la ville. L'accès à ses salles souterraines fut plus ou moins détruit lors du démantèlement des fortifications de Montaigu en 1586.

Illustrations

montaigu_tour_du_moulin.jpg

montaigu_tour_du_moulin.jpg


Vue du chemin permettant à l’ancien tanneurde "Saint-Nicolas" de descendre travailler à la rivière.
De l’autre côté de la Maine : la "Tour du Moulin" (ou "Tour Neuve")  
et, plus ou moins masquées par des "
aménagements" successifs,
ses embrasures défendant les abords du pont et de la chaussée Saint-Nicolas.

[1]

Goué (Alain de), le Démantèlement de Montaigu (1581, 1586, 1588), 1910, p. 57-58.

 
[2]

Mignen (Gustave), l'Ancien Montaigu, conférence du 13 mars 1910, à Montaigu.

 

Nous écrire