Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire des toponymes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Résultat

imprimer la notice complète

Montaigu > Vieillevigne (rue de)

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Graphies connues

chemin de Vieillevigne source : Aujourd'hui, l’appellation "rue de Vieillevigne" a remplacé celle, qui faisait par trop campagnarde, de "chemin de Vieillevigne" !


Nature(s) du lieu

Catégorie : Voie de communication (rue) Masquer
Titre Image
  • Nature : Voie de communication (rue)
  • Localisation : La "rue de Vieillevigne" longe au nord la "rue Saint-Nicolas", du pont du même nom à la voie ferrée.
  • Coordonnées
    • Coordonnées cadastrales napoléoniennes : Section B
    • Coordonnées cadastrales moderne : Section AM

Données historiques

Histoire et archéologie

En 2012, la "rue de Vieillevigne", étroite et tortueuse, toujours bordée de petites maisons séculaires, avait gardé bien des caractéristiques de ce qu’était autrefois le "faubourg Saint-Nicolas". Celui-ci avait la réputation d’abriter des populations plus que modestes et aujourd’hui encore, les humbles façades de ses maisons, l’état de la voirie comme celui de la desserte électrique, s’efforcent de conserver cette tradition et lui donnent un certain cachet[1].

A deux siècles de distance, on peut encore imaginer
ce qu’était l’ancien "
chemin de Vieillevigne" :
- tel qu’il pouvait se présenter quand, venant de Vieillevigne, 
on entrait dans le "faubourg Saint-Nicolas" (à gauche),
- ou tel qu’il pouvait se présenter quand on allait le quitter 
pour aborder le "pont Saint-Nicolas" (à droite).
 

C’est en partie parce que la circulation en a été très tôt exclue que ces aspects un peu "hors du temps" de cette "rue de Vieillevigne" se sont maintenus.

En effet, dès 1811, cette rue fut doublée par la construction d’une nouvelle route joignant Montaigu à La Roche-sur-Yon[2], qui venait d’être promue préfecture. Puis, après 1833, la "route stratégique n°7" entre Cholet et Saint-Jean-de-Monts, passant par Montaigu et Challans, remplaça ce qui ne fut désormais plus que "l’ancien chemin de Vieillevigne" et qui ne conduisait plus guère qu’aux vagues restes de la "chapelle Saint-Lazare" (en bordure de l’actuelle rue des Mimosas). En 1866 enfin, cette vieille rue fut réduite à une quasi impasse, par la mise en place de la voie ferrée Nantes-Bordeaux qui la coupait définitivement.

[1]

Relevés sur le terrain en 2012. 

 
[2]

Plan du cadastre de 1814 (Arch. dép. de la Vendée : 3 P 146).

 

Nous écrire